Design pour un internet lent, design pour un internet meilleur

La rapidité de nos connexions ne cesse d’augmenter, l’arrivée de la 5G repousse toujours plus loin dans le passé l'âge glorieux des connexions via modem 56K.

Cette rapidité nous a habitué au chargement quasi instantané de nos sites et apps préférés, voire des vidéos. Cependant quand le débit est faible (dans mon cas lorsque que l’on habite dans un immeuble ancien au murs épais, ou que l’on traverse souvent des zones rurales en train), nous sommes impatient devant ces contenus qui ne chargent pas : notre tolérance face à la lenteur est devenue très basse.

Cette vitesse a aussi biaisé le comportement des designers et développeurs web. Basiquement, un débit élevé permet d’augmenter la quantité de données chargées : plus de vidéos, d’images, d’animations, de tracking, de webfonts et de librairies javascript sous-utilisées voire inutiles. Le poids en kilo-octets des pages web sur ordinateur a plus que quadruplé en l’espace de 10 ans (+348% à la rédaction de l’article) [1], ce qui réduit finalement les bénéfices de l’augmentation de vitesse des connexions.

Dans ma carrière de designer et développeur web j’ai souvent oublié que tout le monde ne dispose pas - comme mes pairs et moi - d’une connexion haut débit et d’un périphérique récent et mis à jour. En travaillant pour le meilleur des scénarios j’ai laissé de côté des utilisateurs et j’ai participé à creuser la fracture numérique [2].

Mea culpa.

Partant du postulat que tout le monde fait fasse à des débits faibles, quotidiennement ou exceptionnellement. En concevant des sites web sobres, légers et accessibles au périphériques d’hier, nous avons le pouvoir de créer des expériences en ligne plus positives et inclusives.

Il est temps de cultiver cette culture de l’efficacité et de la frugalité : optimisons, réduisons et simplifions.



Publié le 18.03.2021 par Arnaud Thuillier.
notes & références
  1. Extrait du rapport “State of the Web” sur l’évolution du poids des pages web depuis novembre 2010
  2. Définition de la fracture numérique sur Wikipédia